Igloo alpin "enterré"

Idées, témoignages, conseils de terrain et questions à propos des activités et des techniques scoutes.
Répondre
Scout2coeur
Messages : 4
Enregistré le : 26 août 2017, 12:07

Igloo alpin "enterré"

Message par Scout2coeur » 30 août 2017, 16:49

Si des CP d’une troupe de montagne souhaitent apprendre à réaliser le véritable igloo alpin enterré, je suis à leur disposition pour leur faire croquis et schémas, c'est simple à faire à partir du moment où on a le concept bien en tête.

Ce type d’igloo est très rapide à construire à 2 à 2, si on a une technique bien au point (donc entraînement obligatoire), son inconvénient étant qu’il faut :

1/ Une couche assez importante de neige (ou une belle combe) : au minimum 2m50 à 3m de neige

2/ Un ensemble k-way complet (haut et bas) pour le « creuseur » : en effet, construire rapidement un igloo de ce type implique une dépense d’énergie non négligeable et on se retrouve vite en sueur. Il faut donc se mettre dévêtu dans le k-way pendant qu’on travaille, et ne repasser ses vêtements qu’une fois l’igloo terminé (d’autant que le creuseur travaille pour 99% sous la neige, comme une véritable taupe). Le « couvreur » peut quant à lui garder ses vêtements « ordinaires » de montagne, en prenant soin toutefois de travailler lui aussi « délesté » au maximum

C’est une technique qui était enseignée autrefois dans les troupes alpines (où j’ais servi pendant mon SN malgré mon handicap d’enfance : eh oui, c'est possible avec de la volonté !), je ne sais pas si c’est toujours le cas aujourd’hui.

Matériel : 2 pelles à neige, dont une à manche très court (ou mieux : sans manche)

L’avantage de ce type d’igloo (généralement construit pour 2, éventuellement 3 mais c’est moins pratique à 3) est qu’il dure (on peut y passer sans pb plusieurs jours), et qu’il assure grâce à sa disposition « enneigé », sa fosse à froid et l’inclinaison spéciale de son tunnel d’accès une température « douce », tout étant bien entendu relatif (il fonctionne comme une sorte de bulle d’air chaud sous la neige).
L’inclinaison du tunnel est essentielle : il ne doit être ni descendant ni « à plat », il doit toujours « monter » vers la cavité de l’igloo

Contrairement aux tranchées à neige, à l'abri jurassien et à l'igloo "caverne en neige", ce type d’igloo assez sophistiqué n’est pas utilisable comme « igloo de fortune » vite fait en cas de danger, mais plutôt comme « install » de camp faite avec soin. Avec une bonne technique entrainée, il prend environ 2 à 3h00 à réaliser (pour 2 personnes).
Il est parfaitement possible, si l’enneigement s’y prête, de faire plusieurs igloos de ce type disposant de leur propre sortie mais en même temps reliés entre eux. Etant « enterrés », ces igloos sont difficilement décelables de l’extérieur et peu sensibles au rayonnement solaire, il est donc possible de les utiliser plusieurs jours (comme camp de base), voire de les réutiliser plusieurs fois pendant un même hiver

Lorsqu’on en construit un et qu’on veut pouvoir le « récupérer » ensuite pour une nouvelle utilisation, il est conseillé de repérer avec son son emplacement, ou de planter une perche à l’entrée du tunnel (pour le cas de chute de neige)
Si par contre le réemploi est prévu avant d’autres chutes de neige, il sera très facile de dissimuler ce genre d’igloo avec de la neige car il n’apparait quasiment pas à la surface

Si vous souhaitez le garder pour votre usage exclusif et éviter qu’un autre randonneur passant par là par hasard vienne endommager involontairement le toit de votre igloo en marchant dessus, il est prudent d’uriner en deux ou trois endroits à proximité. En général, les gens seront rebutés par ces « traces » et elles constitueront par ailleurs l’explication naturelle apparente des piétinements opérés dans le secteur

Si à l’inverse, vous voulez que cet igloo puisse servir à quelqu’un d’autre, vous pouvez indiquer sa présence par tous moyens disponibles : un igloo de ce genre bien conçu et construit dans une combe à proximité d’un col alpin assez fréquenté peut servir tout un hiver de refuge de sécurité, si son accès n’est pas compromis par les chutes de neige postérieures et s'il est signalé par 4 ou 5 hautes perches fines disposées en ligne (comme une ligne télégraphique), la dernière perche pouvant comporter un petit panneau en bois indiquant l'entrée de l'igloo (ce petit panneau en bois peut prendre la forme d'une flèche inclinée vers le bas, avec inscription : "Entrée igloo")

Répondre