Louvetiers, pourquoi les interdire?

Réflexions et débats et polémiques scoutes : activités, pédagogie, traditions, méthode scoute.
Avatar du membre
Okapi
Messages : 962
Enregistré le : 07 mars 2006, 21:29
Localisation : Charleroi (Belgique)
Contact :

Message par Okapi » 05 sept. 2007, 08:12

Je crois que le raisonnement est tout simplement rédicteur : il faut materner les enfant jusqu'à 12 ans, les filles sont plus apters que les garrçons à le faire..

Même si je ne considère pas notre fédération (la "FCSBPB") comme exemplaire dans tout, , elle a en la matière :

- pour les 6-8 ans ("Castors" ou "Baladins" selin les unités) : staff obligatoirement mixte
- pour les Louveteaux (8-12 ans), le choix est laissé à l'Unité : soit des chefs, soit des cheftaines.

Et je le répète, ayant expérimenté les deux, aucune ne s'est avérée plus efficace que l'autres : j'ai eu des "grandes soeurs" avec mes cheftaines (et pas des "mamans"), et des "très grands frères" (mais pas des papas ni des tontons) avec mes chefs.

Je crois que le raisonnement tiendrait la route pour les 6-8 ans, pas pourles 8-12 ans.

Avatar du membre
Faustine
Messages : 318
Enregistré le : 01 oct. 2006, 13:08
Association : SUF
Localisation : En Provence

Message par Faustine » 08 sept. 2007, 19:42

quelqu'un a un texte de "loi" suf ?

FSS
Faustine
Je souhaite a tous une seule chose , et c'est toujours la même a savoir la sainteté (St Maximilien Kolbe)

Avatar du membre
Akela NDE
Messages : 11
Enregistré le : 30 nov. 2006, 15:55
Association : Ancien SGdF et Doran
Localisation : Dijon
Contact :

Message par Akela NDE » 08 sept. 2007, 21:29

Les SUF ont décidé de ne pas avoir de louvetiers, et effectivement, il serait intéressant d'entendre une explication officielle (genre un extrait de texte ou citation de strasseux), car les différentes versions que j'ai entendues ne me satisfont pas (pour info, quand ça n'est pas «il faut materner ces chers petits», c'est «c'est pour éviter les pédophiles».) Bref, que des arguments basés sur des préjugés et donc sans intérêt ni valeur.

Ayant été louvetier et ayant pu comparer des meutes dirigées par des louvetiers ou par des cheftaines, j'ai pu -avec ma sensibilité de garçon- en tirer une nette préférence pour les meutes à maîtrise masculine.
À partir de 7 ou 8 ans, le petit garçon à plus besoin d'un référent masculin que d'une seconde maman, puisque c'est l'âge de la construction de sa personnalité. De la même façon, à cet âge, les filles ont plus besoin d'un référent féminin que d'un second papa. D'autre part, même si là-aussi il y a des exceptions, les cheftaines ont plus tendance à proposer des activités moins «péchues» à leurs louveteaux, qui ont besoin de se dépenser. Pour ça, les louvetiers ont l'avantage de partager les besoin et les envies des louloups, donc c'est plus facile. Il y a encore, bien sur, le problème de la discipline, qui se fait surtout sentir chez les plus vieux des loups. Là où, face à des cheftaines, les «grands» auront tendance à se poser en rebelle, l'affectif marchera encore très bien vis-à-vis des louvetiers ... et bien entendu, le louvetier aura naturellement plus d'autorité sur les garçons que la cheftaine.
D'autre part, la pédagogie scoute repose sur une relation fraternelle entre les jeunes et les chefs - ce qu'on a malheureusement beaucoup trop souvent tendance à oublier. Or, et c'est normal, la maturité des louvetiers et des cheftaines d'un même âge étant différente, les cheftaines auront déjà tendance à introduire une relation plus maternelle entre elles et leurs louveteaux - et vice-versa : ce sont des «dames», plus des «filles» ; là où les louvetiers se comporteront plus naturellement comme des grands frères.

Maintenant, il est sur qu'il est beaucoup plus facile de trouver des filles prêtes à se donner dans une maîtrise que des garçons prêts à s'encombrer de morveux, surtout à l'âge où beaucoup de garçons, sortant des scouts, ont plus envie de rester dans la même ambiance en devenant ACT. Ce qui n'est pas forcément plus mal, même s'ils feraient mieux d'aller faire de la route avant : un louvetier aura besoin de plus de maturité qu'un ACT, les enfants dont il aura à s'occuper étant beaucoup plus dépendants de lui.
Il est aussi probable, le métier de louvetier étant un métier difficile pour un garçon, dont la nature ne le porte pas toujours à s'occuper spontanément des petits, au contraire des filles, qu'il soit statistiquement plus probable d'avoir une bonne cheftaine qu'un bon louvetier ; ce qui peut conduire à préférer les premières aux seconds.
Néanmoins, tous ces points font plus pencher, dans l'absolu et en partant de rien, en faveur d'une possibilité d'avoir des cheftaines pour s'occuper des louveteaux - ce qui, mais je me trompe peut-être, n'était pas si évident au début du scoutisme.

Donc on attend toujours les raisons des SUF :P

Avatar du membre
Dauphin5
Messages : 76
Enregistré le : 02 mars 2006, 17:41
Association : agse

Message par Dauphin5 » 09 sept. 2007, 00:48

Je viens de consulter le mémoire universitaire (IEP de grenoble) d'Albane de MESNILDOT "pourquoi pas les SUF ? histoire d'une scission " (1990). L'auteur est une ancienne cheftaine SUF.
Elle explique que la règle dont vous parlez date du début des SUF, alors que la branche louveteaux était organisée par Geneviève MEDEVIELLE (1973-76).
Elle précise ce point (page 130 et 131): "Poursuivant jusqu'au bout la logique de Vera BARCLAY selon laquelle la meute est une famille heureuse (...), il n'y aura pas chez les SUF de chefs louveteaux comme il peut y en avoir aux Scouts de France ou aux Scouts d'Europe, mais uniquement des cheftaines. Ce choix s'explique par la primauté accordée à la famille chez les SUF, et la conception qu'ils en ont. Dans la famille traditionnelle, la mère a un rôle maternel premier dans l'éducation de l'enfant. Sans jouer la mère, la cheftaine doit avoir cette attitude maternelle -que ne pourrait évidemment reproduire un chef masculin- envers les louveteaux. Elle est la grande soeur compréhensive et affectueuse à laquelle l'enfant n'hésite pas à se confier... Bref, pour les SUF qui se réfèrent au modèle familial, la cheftaine correspond mieux aux besoins du jeune garçon qu'un chef".
Comme document officiel et récent, le livre "Au coeur des SUF, le livre pour les parents" précise bien que les louveteaux sont encadrés par des "cheftaines" (cf p 38 et suivantes).

En contrepoint, on peut consulter le blog d'un Akéla (en l'espèce un louvetier), sur le site des scouts d'Europe (lesquels pratiquent pour les louveteaux les deux formules, chefs ou cheftaines, dans le cadre de maîtrises homogènes): http://www.scouts-europe.org/grandir/lo ... nage.shtml

Avatar du membre
Akela NDE
Messages : 11
Enregistré le : 30 nov. 2006, 15:55
Association : Ancien SGdF et Doran
Localisation : Dijon
Contact :

Message par Akela NDE » 10 sept. 2007, 13:44

Eh bah voilà ! Merci Dauphin5 ! :)

Ce qui prouve donc, malheureusement, que cette coutume SUF de ne vouloir que de cheftaines pour les louveteaux repose d'une part sur un préjugé («attitude maternelle -que ne pourrait évidemment reproduire un chef masculin») et sur une perception purement féminine des besoins et du fonctionnement psychologique du petit garçon («Elle est la grande sœur compréhensive et affectueuse à laquelle l'enfant n'hésite pas à se confier»). L'expérience contredit largement ces deux raisons principales du choix exclusif des cheftaines : les louvetiers sont tout à fait capable d'avoir une attitude «maternelle» quand il y en a besoin (et de ne pas l'avoir quand il ne faut pas, ce qui est beaucoup moins le cas chez les filles qui auront plus tendance à materner les petits, quand un garçon l'incitera doucement à se conduire en petit homme), et les louveteaux sont mieux compris par d'autres garçons que par des filles qui les prennent, malgré tout, un peu pour des bébés. Il n'y a qu'à comparer comment les mêmes louveteaux se comportent face à une cheftaine et à un louvetier, et comment ils les jugent ...

On peut y voir aussi une incompréhension de la famille heureuse de Vera Barclay. En effet, celle-ci précise bien qu'Akela ne doit pas être la mère de ses louveteaux, mais leur père : Akela est UN loup. La famille heureuse l'est parce qu'elle a une tête, un chef au sens étymologique, sans lequel elle ne pourrait être une famille.

Bref, je pense qu'on constate ici une limitation regrettable infligée à la pédagogie louveteau, considérée d'un point de vue exclusivement féminin et maternel. C'est un point de vue tout à fait compréhensible et normal pour une femme, je ne dis pas le contraire, et ne blâme aucune cheftaine qui pense ainsi. Néanmoins, ce n'est pas celui qu'il faut avoir en l'occurence, puisqu'il s'agit de l'éducation de petits garçons qui, s'ils sont encore à un âge tendre où ils ont besoin d'affection, n'en sont pas moins de petits hommes qui ont besoin d'être compris comme tels.

La grande question, maintenant, est de savoir pourquoi les SUF en sont restés là et pourquoi ils ne souhaitent pas revenir sur ce point ...

Avatar du membre
OrignalE
Messages : 257
Enregistré le : 16 déc. 2005, 23:55
Localisation : A la maison

Message par OrignalE » 10 sept. 2007, 14:32

Merci beaucoup Dauphin5.
et la conception qu'ils en ont
. Voila le problème. Quelle conception de la famille empêche un petit garçon d'avoir pour chef un homme? Pour moi cela n'a pas de sens.

Est ce que quelqu'un sait si il est parfois question de remettre en cause cette disposition, chez les SUF?
des filles qui les prennent, malgré tout, un peu pour des bébés.
Tout à fait d'accord.
Orignal, Roi du Kraal

Répondre