Articles positifs sur le scoutisme dans l'Express / Le Monde

Pour réagir à l'actualité scoute, à celle des associations... ainsi qu'à leur présence dans les médias.
Répondre
Avatar du membre
boussole
Messages : 285
Enregistré le : 11 avr. 2004, 14:05
Association : ancien SUF
Localisation : Paris
Contact :

Articles positifs sur le scoutisme dans l'Express / Le Monde

Message par boussole » 31 juil. 2009, 00:26

L'Express publie cette semaine un petit dossier sur le scoutisme comprenant :

- un article sur les SUF
- un petit diaporama sur des célébrités qui ont été scouts
- un petit quizz sur le scoutisme avec des réponses pas toujours très correctes
- Les scouts "j'y ai passé les meilleurs moments de ma vie", un article sur les souvenirs des lecteurs de l'Express (ajout le 05/08/2009)

Bonne lecture !
L'Express a écrit :Scout(e)s toujours
Par Julie Joly, publié le 29/07/2009

Des vacances éducatives, saines, bon marché... Certains mouvements de jeunesse connaissent un nouvel essor. Exemple: les Scouts unitaires de France, attachés à la tradition, mais plus modernes qu'on ne le croit. Rencontre.

Le soleil danse à travers des trouées sur les chemins de feuilles. Il faut marcher longtemps avant de discerner les premières cabanes entre les corps serrés des arbres. Elles sont bien là, pourtant, parfois perchées à plus de 3 mètres de hauteur. Dans la forêt de Poiroux, au coeur de la Vendée, 32 jeunes toulousaines campent depuis le 18 juillet. Catholiques plus ou moins pratiquantes, adolescentes plus ou moins en crise, elles sont, comme quelque 3 500 congénères de toute la France, guides chez les Scouts unitaires de France (SUF). Chef du camp, Mélanie Chevillotte vient de souffler ses 20 bougies.

Les manches de sa chemise bleu ciel retroussées au-dessus du coude, le short marine aux genoux, le foulard noué bien en place et les insignes impeccablement cousus à l'épaule, Rose-Marie court derrière ses camarades à l'appel des cheftaines, "toujours prête !" bien sûr.

Réfugiée du Burundi, l'adolescente a adopté toutes les valeurs des SUF: ponctualité, service, respect des autres, de la nature... et des ordres. Y compris ceux lancés à la corne de brume, en morse. "Le code est très simple, jure la cheftaine Maylis de Marcillac, 20 ans, dont onze de scoutisme. Je souffle un taaaaa long pour les traits, un ti court pour les points."

Les équipes semblent en tout cas avoir déchiffré le message. Toutes les filles se sont rassemblées en quelques minutes devant le mât de la compagnie, trois troncs fins coupés sur place par les filles, poncés à la main, plantés au milieu d'une clairière et coiffés des drapeaux français, vendéen et SUF -respect de la loi scoute et de la patrie oblige. Ce soir, deux responsables de l'association se sont invitées à la veillée: elles sont chargées d'inspecter les camps de la région. Mais comptent bien aussi rappeler quelques principes fondamentaux.

Le matin même, à Paris, les deux ­bénévoles de l'équipe nationale assistaient à la messe d'enterrement de l'une des deux jeunes scoutes tuées le 16 juillet pendant leur camp d'été. Agées de 14 et 15 ans, les adolescentes marchaient avec un petit groupe le long d'une nationale de l'Yonne, derrière la glissière de sécurité, lorsqu'un conducteur pris de malaise les a violemment percutées. Bouleversée, la famille scoute va bientôt affronter une autre épreuve.

Patienter parfois plus d'un an

Le 21 juillet, dans la Haute-Loire, un groupe de garçons déclenche accidentellement un feu de forêt en milieu de journée. Tandis que les Éclaireurs s'adonnaient à leurs olympiades rituelles, les braises encore chaudes d'un feu allumé pour le déjeuner ont réduit en cendres 15 hectares de bois. "C'est la première fois que cela nous arrive!" s'effondre une permanente de l'association catholique, en banlieue parisienne.

Jamais les SUF n'avaient connu une telle série noire. Dix ans plus tôt, la noyade de quatre scouts marins, ­placés sous la seule direction d'un ­prêtre ­intégriste, l'abbé Cottard, au large des Côtes-d'Armor, a marqué les esprits. Le groupuscule était autonome, mais tout le mouvement scout en a pris pour son grade. Il aura fallu attendre 2002 pour que les rangs des SUF se remettent à grossir.

Formé en 1971 par une poignée de dissidents des Scouts de France, le mouvement catholique ­dépasse aujourd'hui les 23 000 membres - dont plus de 20 000 passent leur été dans leur tenue de camp monochrome. Presque aussi nombreux que les Guides et Scouts d'Europe (26 000), créés quinze ans plus tôt.

Rien n'est laissé au hasard

Le regain d'attraction exercé par les scouts serait propre à notre époque, expliquent psychiatres et sociologues. Vacances éducatives, saines, écologiques, bon marché (moins de 300 € pour trois semaines): en ces temps bousculés, le modèle semble paré de toutes les vertus. "Le simple fait de quitter sa maison, ses parents, son portable ouvre les esprits, analyse pour sa part l'abbé Simon, aumônier du groupe Saint-Ferdinand-des-Ternes, à Paris. Les jeunes retrouvent leur spontanéité, leur place, le sens de l'amitié, les rapports sont moins violents."

Plus actifs que les très anciens Scouts de France (64 000), en perte de vitesse. "Les SUF répondent aux besoins des parents d'aujourd'hui", s'enthousiasme Thierry Berlizot, polytechnicien, ingénieur et président bénévole de l'association depuis 2004. Proches de la nature, sans hiérarchie lourde, non mixtes, organisés par petits groupes mêlant préados et ados, les SUF respectent à la lettre les principes fondateurs de Baden-Powell. Parmi les nouvelles ­recrues, certaines viennent des Scouts d'Europe, fuyant les dissensions internes ou la radicalisation du mouvement. La décision récente des dirigeants d'autoriser les messes en latin n'a pas fait l'unanimité. D'autres sont des transfuges des Scouts de France, jugés trop laxistes. A Toulouse, le nombre de guides a triplé en six ans, passant de 32 adolescentes à près de 100. A Paris, garçons et filles doivent patienter parfois plus d'un an avant d'espérer intégrer le plus ancien groupe SUF de France, et l'un des plus demandés, celui de Saint-Louis.

En dépit de l'actualité récente, la ­sécurité des camps est aussi leur atout. Tous les chefs et cheftaines des mouvements agréés ont au moins un équivalent du Bafa, le brevet d'animateur, et très souvent un niveau supérieur. Les responsables SUF, bien que bénévoles, organisent chaque année plusieurs sessions de formation, validées par la ­Direction de la jeunesse et des sports. Même en pleine nature, dans la "verte" comme ils disent, rien n'est laissé au ­hasard - ou presque. Pompiers, médecins, pharmacies, préfecture, mairie : toutes les sommités locales connaissent dans le détail l'emplacement et ­le programme du camp. Les autorités n'hésitent d'ailleurs pas à y passer une tête pour contrôler la conformité des lieux.

A 21 ans, Augustin Steyer est passé chef de camp cette année. Le catholique pratiquant ne fut pas toujours un scout fervent. A l'âge de 12 ans, Augustin raconte s'être retrouvé avec de jeunes "fachos", violents, amateurs de brimades, d'alcool et de drogue. Les dévoyés ont été exclus du mouvement, mais l'adolescent a mis quatre ans à s'en remettre. "Je redécouvre ce que j'attendais du scoutisme: des rapports simples, bienveillants, une pédagogie tournée vers les autres...et vers Dieu", explique aujourd'hui l'étudiant aux Beaux-Arts. Apolitique, indépendante de toute subvention, son association affiche aussi fièrement ses convictions religieuses...que son budget en excédent.

Camiille
Messages : 6
Enregistré le : 11 mai 2009, 20:06
Association : SUF

Re: Un long (et très positif) article sur les SUF dans l'Express

Message par Camiille » 01 août 2009, 18:27

Wahou la classe pour nous les SUF... et pour tous les mouvements scouts!

Avatar du membre
Dauphin5
Messages : 77
Enregistré le : 02 mars 2006, 17:41
Association : agse

Re: Un long (et très positif) article sur les SUF dans l'Express

Message par Dauphin5 » 02 août 2009, 18:28

Très sympa pour les SUF, en effet, et ça fait vraiment plaisir pour eux après le mois de juillet qui a été très éprouvant cette année pour leur assoc, mais pourquoi faut-il qu'à chaque fois qu'il y a un article sympa sur un mouvement, il soit nécessaire d'en dénigrer un ou plusieurs autres... Genre: "C'est bien chez eux, parce que chez les autres..."

Car ici, les SGDF sont jugés "trop laxistes" et décrits carrément comme "en perte de vitesse" (alors que leurs effectifs augmentent eux aussi très rapidement ...), et les GSE ne sont que 26 000..., eux aussi donc, en perte de vitesse, rattrapés par les SUF si je comprends bien, sans doute du fait de leur "radicalisation" (sic) et de l'autorisation qui vient de leur être donnée d'aller à la messe en latin !!! :

Pour info, les effectifs des GSE (j'insiste car j'en suis...) ont augmenté de la même manière que les SUF et que les SGDF (et c'est une très bonne chose dans les trois cas!), les GSE ayant gagné 5 000 jeunes environ depuis 2003/2004 (où ils n'étaient plus que 24 000):
Les GSE étaient 28 000 l'an dernier (40 unités créées ou réouvertes sur 2008/2009), plus de 28 500 début 2009, et les 29 000 membres étaient envisagés en fin d'année scoute avec les inscriptions en cours d'année !
Le différentiel SUF/GSE (les effectifs progressent ou baissent de fait simultanément...) est quasimement le même depuis 20 ans ...

sur "la radicalisation" des GSE, et l'autorisation des messes en latin... : certes, il y a eu des dissensions et une crise au sommet bien pénible (ça c'est vrai !, même si ça n'empêche pas la hausse constante des effectifs...), mais il n'y a eu aucune autorisation nouvelle des dirigeants de quoi que ce soit, et si les groupes utilisant la forme extraordinaire du rite romain sont une infime minorité tant chez les SUF que chez les GSE (dans les deux cas, on les compte sur les doigts d'une ou deux mains, à voir !...), il n'est pas dit que ce soit chez les GSE qu'il y en ait le plus !

Moi j'en ai un peu assez des articles qui, pour dire qu'un mouvement scout est bien , ajoutent qu'il y a des problèmes chez les autres (ici SGDF et GSE) ! Quel dommage !

Pardon pour ce coup de gueule qui vient du coeur!!! ...et bravo encore et quand-même aux SUF !

Avatar du membre
boussole
Messages : 285
Enregistré le : 11 avr. 2004, 14:05
Association : ancien SUF
Localisation : Paris
Contact :

Re: Un long (et très positif) article sur les SUF dans l'Express

Message par boussole » 04 août 2009, 22:13

Je suis d'accord avec tout ce que tu dis. Les évolutions d'effectifs des autres mouvements ne correspondent à la réalité (peut-être à celle d'hier pour les SGdF). Tous les mouvements étant repartis à la hausse.
Ce que je trouvais enthousiasmant et inhabituel, c'était d'entendre parler des SUF qui sont généralement complétement inexistants médiatiquement (ce qui a aussi sans doute de bons cotés parfois).

En lot de consolation, je viens de découvrir cet article du monde qui décrit sans doute avec plus de réalité les évolutions des mouvements et le regain d'intérêt général pour le scoutisme. Encore une fois, on peut se réjouir, l'article est globalement positif pour les mouvements concerrnés (SGdF et AGSE).
Le Monde a écrit :La nouvelle jeunesse des mouvements scouts

Le scoutisme français est à l'offensive. Après une longue érosion commencée dans les années 1970, et le coup porté en juillet 1998 par la mort, lors du naufrage du voilier l'Espadon dans les Côtes-d'Armor, de quatre scouts appartenant à un groupuscule intégriste, les mouvements gagnent aujourd'hui du terrain.

Les catholiques Scouts et guides de France (SGDF), première association avec 67 000 adhérents, progressent de 2 % cette année, après 7 % l'an dernier. Les Eclaireurs laïques, après avoir longtemps tourné autour de 25 000 adhérents, en comptent aujourd'hui 32 000.

Les deux mouvements catholiques conservateurs, agréés jeunesse et sports mais ne participant pas à la Fédération du scoutisme français, et donc non reconnues par les organisations mondiales scoutes et guides (OMMS et AMGE), affichent des progressions régulières : les Guides et scouts d'Europe (GSE) sont passés de 24 000 en 2004 à 29 000 cette année et les Scouts unitaires de France (SUF) de 17 000 en 2002 à 23 000 en 2009.

Le mouvement créé en 1907 par le général anglais Baden-Powell regroupe aujourd'hui 40 millions de jeunes dans le monde. La France, avec ses 150 000 scouts et guides, est un maigre bataillon : c'est autant qu'à la veille de la Seconde guerre mondiale (mais le pays comptait alors 40 millions d'habitants, contre 64 aujourd'hui) ou qu'en Belgique de nos jours (11 millions d'habitants)...

Comment expliquer ce regain d'intérêt ? Secouée par la chute de ses effectifs, la principale organisation, les SGDF, a fait un gros travail de modernisation, et fait évoluer son projet pédagogique. "Il relève d'un mouvement d'éducation moderne", estime le sociologue Marc Uhalde, tout en gardant son originalité. Le scoutisme cherche toujours le développement de la personnalité physique et spirituelle du jeune dans le cadre de la vie en équipe dans la nature.

"Aujourd'hui plus qu'avant, les parents cherchent à donner un cadre structurant, une boussole, à leurs enfants, analyse Philippe Bancon, délégué général des SGDF. Et dans une époque en ébullition marquée par les crises politique, alimentaire, climatique, et économique, ils sont à la recherche de valeurs qui garantiront à leurs enfants une éducation solide. Nous sommes porteurs d'une image qui était raillée hier, et qui, aujourd'hui, rassure."

L'apprentissage de la vie de groupe autour d'un projet, "c'est hypermoderne, souligne Marc Uhalde. C'est le paradigme autour duquel on fait tourner les entreprises ! Or le scoutisme forme à cela". Qu'il s'agisse de bâtir un camp ou de développer un projet de solidarité internationale. Ainsi, Katell, Camille, Claire et Ségolène, toutes autour des 20 ans et engagées aux SGDF, ont porté de bout en bout, pendant deux ans, un projet de 12 000 euros visant à créer une salle de lecture au Vietnam. "Ça donne une expérience professionnelle", dit l'une d'elles. Ce n'est donc pas un hasard si les SGDF affirme que le scoutisme est "la plus belle école de management de France".

Rigidité ou souplesse, quelle que soit l'attitude des organisations, ça paye. Les SGDF se caractérisent par "une grande plasticité en adaptant leurs pratiques spirituelles et éducatives aux contingences de l'époque et du terrain", constate Marc Uhalde. Une ouverture qui contribue sans doute à attirer davantage de jeunes.

Mais les Guides et scouts d'Europe, conservant les pratiques traditionnelles du scoutisme, rassurent également "le milieu traditionnel, chrétien engagé", dans lequel ils recrutent. Le naufrage de l'Espadon en 1998 a fait du tort à toutes les organisations. Onze ans plus tard, la clientèle traditionnelle des Scouts d'Europe - cette "population très versaillaise", dit-on chez les GSE - revient. "Beaucoup d'officiers ont leurs enfants chez nous, déclare-t-on de même source, qui se font des amis via le scoutisme."

La base sociologique du scoutisme français semble peu varier : des familles issues des classes moyennes et supérieures, avec un très haut degré d'attente éducative, souvent très insérées localement, notamment autour de la paroisse. Ce qui peut apparaître comme une garantie de recrutement pour certaines organisations est également une limite au développement d'autres. "Ces caractéristiques font que les classes plus défavorisées ont des difficultés à s'insérer dans le scoutisme", conclut M. Uhalde.

Pourtant, les SGDF veulent "élargir (leur) base sociologique", en développant les initiatives dans les quartiers populaires. Cela n'a concerné que 2 600 jeunes en 2008, cependant en hausse de 22 % par rapport à 2007. Ils mettent également en avant ce qui constitue depuis toujours une base du scoutisme : le rapport à la nature. Ils multiplient les initiatives. Dernière en date : le calcul de leur bilan carbone. Un scout consomme trois fois moins d'énergie qu'un citoyen français...
Benoît Floc'h

louppiote
Messages : 10
Enregistré le : 02 févr. 2009, 23:33
Association : SUF

Re: Articles positifs sur le scoutisme dans l'Express / Le Monde

Message par louppiote » 27 août 2009, 22:02

Bonjour!
Je voulais juste préciser que Maylis n'a absolument pas juré! "jure la cheftaine Maylis" ;) (et que dans la vraie vie elle explique mieux le morse^^)
Blague à part, c'est super qu'il y ai des articles positifs sur le scoutisme en général, alors que je m'attendais plutôt à voir arriver des remontrances avec les malheureux accidents de cet été...
FSS à tous!
:veillee:
"fais ce que tu peux et le reste laisse le à Dieu qui le fera ou tôt ou tard selon le dessein de Sa providence"

Répondre